Noms fictifs : une rencontre théâtrale virtuelle

Nom fictifs
© Noms fictifs / Facebook

Noms fictifs : une rencontre théâtrale virtuelle

Jusqu’au 17 mai prochain, les finissants du Conservatoire d’art dramatique du Québec présentent une adaptation théâtrale virtuelle, inspirée du roman noms fictifs d’Olivier Sylvestre.

À la suite de la fermeture des salles de spectacle et l’interdiction de rassemblement, les prestations théâtrales souffrent du manque de spectateurs. Voilà la raison pour laquelle la metteure en scène Maryse Lapierre a adapté la pièce noms fictifs dans une rencontre virtuelle interprétée par les étudiants.

L’œuvre d’Olivier Sylvestre raconte l’expérience de l’auteur en tant qu’intervenant dans un centre de toxicomanie. À travers ses dix années de travail, il décrit les patients qu’il a rencontrés, les histoires qu’il a écoutées, ainsi que les souvenirs qu’il a partagés. Dans de courtes capsules d’environ trois minutes, à tour de rôle, les finissants de l’école jouent des personnages inspirés des individus que l’écrivain a côtoyés durant sa carrière. « Ces récits sont ceux d’un intervenant à tout jamais transformé par les moments surréalistes qu’il a partagés avec ces êtres plus grands que nature, pendant un petit vingt-quatre-quarante-huit heures. »

« Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, barricadée dans ma maison, mon cœur n’a jamais été aussi éponge. Quand je pense aux personnes qui ont inspiré l’auteur de noms fictifs, je me demande si en ces temps troubles, ils parviennent encore à trouver un peu de répit. »

Maryse Lapierre, metteure en scène

Sur le site internet de l’adaptation, Maryse explique que cette initiative créative n’est pas une manière de remplacer les productions théâtrales, mais plutôt de trouver une façon de faire persister le théâtre en s’adaptant aux conditions actuelles. « Les arts vivants ont pour moi une valeur inestimable et surtout irremplaçable. Dans la contrainte, nous avons eu beaucoup de plaisir à expérimenter cette nouvelle forme de création. » Elle rajoute que la vulnérabilité et la fragilité sont des sujets d’actualité en ces temps de confinement. Plusieurs sont profondément affectés par la situation, incluant les personnes dont il est question dans le roman. « Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, barricadée dans ma maison, mon cœur n’a jamais été aussi éponge. Quand je pense aux personnes qui ont inspiré l’auteur de noms fictifs, je me demande si en ces temps troubles, ils parviennent encore à trouver un peu de répit. » Il s’agit donc d’un bel hommage à tous ceux en isolement souffrant d’une solitude malsaine.

« Ils m’ont transformé, ils m’ont appris la vie, ils ont fait de moi un homme. »

Olivier Sylvestre, auteur

Pour Olivier Sylvestre, c’est une immense fierté de voir ses rôles prendre vie dans cette adaptation théâtrale innovatrice. D’après lui, la scène était l’endroit et l’occasion tant attendus par les humains qui ont inspiré ses personnages. Il décrit également que ses patients ont changé sa vie : « Si j’ai moi-même tenté d’aider les humains qui se cachent derrière les personnages […], je considère qu’ils m’ont aidé encore davantage. Ils m’ont transformé, ils m’ont appris la vie, ils ont fait de moi un homme. »

Pour tous les intéressés à visionner les prestations des étudiants, rendez-vous sur le site internet de l’évènement — www.nomsfictifs.com — jusqu’au 17 mai 2020.

Charlotte Bastien

Étudiante en communication appliquée à l’Université de Sherbrooke, Charlotte est passionnée par le domaine depuis qu’elle est toute petite. Que ce soit au cinéma, à la télévision, au théâtre, en musique ou en littérature québécoise, elle a toujours une œuvre à proposer pour les intéressés.

Précédent

Le FSTVL HaHaHa : Programmation dévoilée!

Un retour sur la carrière pérenne de Renée Claude

Suivant