Les 15 ans du film à succès C.R.A.Z.Y

Scène du film C.R.A.Z.Y
© Critikat

Les 15 ans du film à succès C.R.A.Z.Y

Le 27 mai 2005 prenait l’affiche un film qui allait marquer pour toujours la grande qualité du cinéma québécois à l’international. Bien que ce film de Jean-Marc Vallée avec en tête d’affiche Marc-André Grondin et Michel Côté ait connu un succès monstre au Québec, il est en autant vrai à l’extérieur du pays.

Pourquoi autant de succès ?

Selon Jean-Marc Vallée, ce succès s’explique par une proximité de l’auditoire avec le scénario. Les gens et pas seulement les Québécois peuvent s’identifier facilement à l’un des membres de la famille Beaulieu, chacun ayant une personnalité bien à lui. Aussi, plusieurs pourront se remémorer de bons ou mauvais souvenirs reliés à cette époque de grands bouleversements et de changements drastiques pour la population. Un autre point marquant est que cette œuvre traite de plusieurs enjeux moraux éthiques qui ont touché le Québec avec en toile principale une famille typique représentant bien les défis et vérités auxquels les gens faisaient face. D’ailleurs, ce pour quoi le scénario est très humain, c’est que le scénariste François Boulay s’est inspiré de certaines parties de sa propre vie pour le rédiger.

Jean-Marc Vallée et sa bande ont donc parcouru le monde allant de festival en festival avec cette œuvre d’une grande qualité qui laissait sa marque partout où elle s’arrêtait. Pour vous donner une petite idée du succès de ce film, seulement au Québec, il a atteint plus de 6 millions au boxoffice québécois, ce qui en fait un des plus grands succès du cinéma québécois. Un autre point fort de ce film et l’une des principales raisons de son succès à l’international est la grande diversité musicale avec en vedette tous les plus grands succès de Charles Aznavour, le père de la famille étant un véritable passionné de ce chanteur.

© Alliance Vivafilm / Jean-Marc Vallée en pleine action

Synopsis

C.R.A.Z.Y raconte l’histoire d’une famille québécoise de 5 garçons, dans les années 1970. On aborde plus précisément la relation entre Zachary (Marc-André Grondin) et son père Gervais (Michel Côté). Zach nait un 25 décembre et c’est le quatrième enfant de la famille rocambolesque que sont les Beaulieu. Grandement apprécié de ses parents, il voit en son père un modèle paternel masculin très fort et il ne voudrait jamais le décevoir. Cependant, rapidement Zach laisse présager différents signes de l’homosexualité créant un froid avec son père. Plutôt de vouloir créer des liens avec son enfant, Gervais est alors pris entre l’envie de le réprimander et celle de créer des liens père-fils avec lui en montrant des trucs de gars. Cette situation affecte grandement Zach qui se cherche encore plus dans un monde où l’homosexualité n’est pas acceptée. Les années passent et tout au long du film nous voyons donc l’évolution de Zach pris dans plusieurs dilemmes de sa vie.

Un film clé

Marc-André Grondin parle encore aujourd’hui que son rôle de Zachary est celui qui a marqué sa carrière et c’est la raison pour laquelle il est encore dans le métier. Les gens reconnaissent son talent beaucoup grâce à ce rôle et c’est d’ailleurs pour lui une certaine monnaie d’échange quand vient le temps d’accepter un rôle. Pour ce qui est de Michel Côté, c’est assurément le plus grand rôle de sa grande carrière et sa plus grande performance. Jean-Marc Vallée questionné par le Journal de Montréal, explique que ce film a été le tremplin pour sa carrière hollywoodienne et qu’encore aujourd’hui les producteurs reconnaissent son grand talent par ce film.

Une collaboration de Eloi Queenton

Projection Culturel

Projection Culturel est une entreprise médiatique qui a pour objectif de mettre de l’avant les différents artistes de chez nous. Ce site web culturel vous permettra d’en apprendre davantage sur le monde du showbizz et sur vos artistes préférés!

Précédent

Ça va bien aller, même si la quotidienne touche à sa fin

Un Québécois sur le plateau d’une série Netflix

Suivant