TLMEP : Se souder les coudes contre la COVID-19 malgré la distance

Tout le monde en parle
© Radio-Canada.ca

TLMEP : Se souder les coudes contre la COVID-19 malgré la distance

Un dimanche soir sous la thématique du coronavirus, c’est comme ça que nous avons vécu l’émission Tout le monde en parle du 5 avril. Les passages de Paul Arcand, Marguerite Blais et Sophie Brochu méritent une note plus que positive, dans une période qui n’en fait sourire que peu.

Le premier à se faire lancer la balle par Guy A. Lepage et Dany Turcotte a été le populaire animateur radio, Paul Arcand. La voix officielle de l’émission Puisqu’il faut se lever a évidemment été questionnée par rapport à la situation du COVID-19 qui frappe de plein fouet la population mondiale.

Lors de son passage à l’émission, Paul Arcand a tenu à livrer de bons mots pour le gouvernement Legault, tout en s’injuriant face aux personnes qui ne sont pas en mesure de voir l’ampleur de la situation.

« La majorité des gens sont capables de voir que c’est grave |…| on se dit que si on respecte les directives, on va limiter la période de contrainte », a mentionné l’animateur de radio, rassuré que ce sont des cas minimes qui ne sont pas conscientisés par le virus.

Une question qui demeure sur toutes les lignes dans les médias, est de savoir si le gouvernement devrait rendre disponibles les différentes prévisions quant à l’ampleur de la courbe. Pour sa part, l’animateur du 98.5FM s’est positionné contre certains de ses collègues, en affirmant que pour lui, le fait d’avoir accès à ces prévisions ne représente pas une nécessité pour la population québécoise.

En plus du passage de Paul Arcand, la présence de la ministre responsable des ainés et des proches aidants, Marguerite Blais, était fort attendue.

Lors de son entretien avec le duo d’animateurs, Marguerite Blais a pris la parole au nom des ainés, mentionnant que ceux-ci devaient continuer à agir de la bonne manière en se confinant aux règles mises en place par le gouvernement Legault.

« C’est le temps de montrer notre solidarité, surtout envers nos aînés |…| ce n’est pas le temps d’inquiéter les gens, mais plutôt de les rassurer. »

– Marguerite Blais

Consciente que l’enjeu actuel n’est pas évident pour personne, la ministre souligne que, selon elle, le Québec ressortira gagnant au terme de cette bataille, qui ne sera pas facile pour autant.

« Je crois que les valeurs vont changer après la pandémie […] on souhaite évidemment un Québec qui soit plus solidaire les uns envers les autres », a souligné la ministre.

Crédit photo : Radio-Canada

Évidemment, le passage de la plus récente PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, sur le plateau de Tout le monde en parle n’a pas passé inaperçu.

Celle qui entre officiellement en fonction, lundi matin, est arrivée fin prête et répondre aux questions de Guy A. Lepage et Dany Turcotte, en offrant des réponses provenant du fond du cœur, ce qui est contraire à la cassette que nous offrent trop souvent les intervenants lorsque les caméras sont braquées devant eux.

C’est dans cet élan de franchise que celle qui prend la relève d’Éric Martin a souligné qu’elle aimerait redorer l’image de la compagnie, comme c’était le cas lors de sa jeunesse.

« J’aimerais ça qu’on retrouve au Québec le feeling qu’on avait quand j’avais 10 ans », affirme la nouvelle PDG en parlant de la notoriété qu’affichait à l’époque Hydro-Québec.

Sophie Brochu a profité des dernières minutes de l’entrevue pour souligner que son entrée au sein de la grande famille d’Hydro-Québec est un privilège pour elle.

Un autre invité qui a gentiment pris de son temps pour se rendre dans les studios de Radio-Canada a été le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion.

Ce dernier a été en mesure de rendre des détails intéressants sur la pandémie qui frappe actuellement le Québec, mentionnant qu’au meilleur de ses connaissances et selon les recherches qui se déroulent, une personne qui est atteinte du COVID-19, deviendra immunisée du virus par la suite.

En plus de cette information qui pouvait en intéresser plus d’un, Rémi Quirion a informé la population québécoise qu’il existera une toute nouvelle manière de tester les gens, à savoir s’ils ont des symptômes liés au COVID-19. En effet, c’est via un système de reconnaissance faciale, à partir des téléphones cellulaires, que les gens pourront faire des tests électroniquement d’ici les deux prochaines semaines.

Martin Matte, et Kim Clavel, boxeuse professionnelle étaient tous deux de passage à l’émission du dimanche soir, et les deux ont récemment contribué au mouvement de solidarité qui existe dans ce temps de pandémie.

D’une part, Martin Matte a contribué à sa manière en remettant un montant de 10 000$ à Moisson Montréal, dans le but de venir aider les gens dans le besoin.

Pour sa part, Kim Clavel profite de la pause dans le domaine sportif pour s’impliquer auprès de centaines et centaines de patients, en tant qu’infirmière auxiliaire dans les CHSLD.

Pour conclure la soirée, Ariane Moffatt était de passage, elle qui fait parler beaucoup d’elle pour la nouvelle version de la chanson Debout, chanson qui se joint parfaitement à la situation actuelle au Québec.

L’invitée a également profité de sa présence pour interpréter la chanson en direct, donnant une touche musicale à cette soirée qui a été très enrichissante à plusieurs niveaux.

Ariane Moffatt a confirmé la sortie de son nouvel album le 24 avril prochain, stipulant également que « les gens ont besoin de culture et de musique présentement ».

Crédit photo: Radio-Canada.ca

Jean-Philippe Doucet

Oeuvrant dans le domaine sportif depuis maintenant plus de trois ans, Jean-Philippe tente de joindre sa passion des communications pour en faire profiter le domaine culturel ! En plus de son bagage dans le domaine sportif, Jean-Philippe est actuellement étudiant en sciences de la communication à l'université de Montréal et a un intérêt marqué pour le showbizz québécois.

Précédent

10 films québécois de la dernière décennie à voir ou à revoir pendant le confinement

Trois séries incontournables à regarder sur Tou.TV Extra

Suivant