Souldia veut un jour raconter son histoire au cinéma

Souldia
© Olivier Robitaille

Souldia veut un jour raconter son histoire au cinéma

Le rappeur Kevin Saint-Laurent, alias Souldia, a mentionné à la web-émission de Gaël Comtois mercredi qu’il avait pour objectif d’un jour réaliser un film. À en croire ses propos, on pourrait deviner que le film en question jetterait de la lumière sur les zones plus sombres de son existence, lui qui indique que « Ce jour-là, beaucoup de gens vont comprendre beaucoup de choses ».

L’émission en question, intitulée « Dope », se veut de présenter sur une base bi-hebdomadaire, soit le lundi et le mercredi à 16h, des rappeurs québécois en format live Instagram.

Pendant près d’une trentaine de minutes, le rappeur qui sortira son nouvel album Backstage ce soir à minuit a couvert plusieurs sujets, incluant l’intérêt grandissant qu’il porte à l’industrie du cinéma.

Aujourd’hui âgé de 35 ans, l’homme originaire de Limoilou, un arrondissement de la ville de Québec, compte déjà quelques expériences reliées dans le milieu et porte un bagage intéressant pour quelqu’un qui n’a pas le cinéma comme domaine de travail principal.

En plus d’avoir déjà agit à titre d’acteur dans le court-métrage Landgraves de Jean-François Leblanc, Souldia participe de plus en plus activement à la réalisation de ses propres vidéoclips.

On peut deviner qu’il a apporté sa touche créative au récent clip de la chanson Rêve de jeunesse, sur laquelle figure le populaire rappeur montréalais Loud. Lui et le réalisateur Patrick Antoniewicz ont par ailleurs dû faire preuve d’imagination quand est venu le temps de tourner, compte tenu des restrictions sanitaires actuelles.

Cette soudaine attirance pour la réalisation y est certainement pour quelque chose dans le fait qu’il veuille un jour se lancer dans la production d’un long-métrage. Et considérant qu’il a énormément de vécu pour quelqu’un dans la mi-trentaine, c’est une oeuvre qui a le potentiel d’être chargée d’authenticité, de vrai.

Le rappeur agrandit tranquillement son réseau de contacts dans l’industrie et il soutient que « La journée où il va vouloir le faire, il va savoir où aller cogner ».

Mention spéciale à hhqc.com, source originale de la nouvelle.

Crédit photo : Olivier Bombardier

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Festival Métro Métro : Remise des hostilités pour 2021

District 31 : Luc Dionne annonce une bonne nouvelle

Suivant