Percer en humour avec Alex Hamel

Alex Hamel
© Philippe Le Bourdais

Percer en humour avec Alex Hamel

Rêvant d’un jour réussir à construire une heure complète de matériel humoristique, Alex Hamel est conscient qu’il a du travail à faire, des croûtes à manger et des collines à grimper. L’humoriste qu’on peut qualifier « de la relève » s’implique dans plusieurs projets depuis quelques années, tout cela dans le but de vivre à fond sa passion.

J’ai récemment eu la chance de m’entretenir avec un jeune homme au parcours plutôt atypique, mais bel et bien déterminé à percer dans le domaine de l’humour.

Son projet de quarantaine, intitulé « Un autre live Instagram » mise sur un concept qui n’a pas besoin de présentation. En confinement, tous ceux qui ont un minimum fréquenté les réseaux sociaux se sont rendus compte de la popularité grandissante des diffusions en direct, et Alex Hamel le fait à sa manière.

Chaque jour de semaine à 15h, il reçoit en direct sur le web un humoriste différent, invitant parfois même des chroniqueurs ou animateurs moins familiers avec le milieu.

Il a par exemple reçu Marie-Lyne Joncas et Sam Breton en début de semaine, l’alignement se complétant par Étienne Dano (mercredi), Alex Perron (jeudi) et Katherine Levac (vendredi).

Ces diffusions en temps réel sont en fait une adaptation des podcasts qu’il réalisait avec des personnalités québécoises durant ses années collégiales, le tout sous la bannière « Génération Artistes ».

Même s’il admet avoir eu beaucoup de plaisir avec ses invités, qui sont selon ses dires à 90% des amis ou des connaissances, Alex doit reconnaître qu’il s’est tout simplement éclaté en compagnie de Danick Martineau.

« Moi et Danick, on s’est rapprochés parce qu’on a plongé dans le milieu à 100% en même temps. », a-t-il confié.

Par là, il entend qu’avant cela, il ne pouvait pas complètement se donner pour l’humour. Pourquoi? Parce que d’autres obligations l’attendaient ailleurs ; lorsque son intérêt pour les plaisanteries a commencé à se montrer plus marqué, Alex étudiait alors en radio au Cégep de Jonquière.

Sans réelle intention d’un jour travailler dans le milieu radiophonique, il appréciait tout de même pouvoir lancer des blagues derrière son micro de studio. Sauf qu’il avait délibérément besoin de troquer ce micro de studio pour un micro de scène.

Alex n’appréciait pas particulièrement la manière dont le programme était enseigné, et le fait qu’il ait effectué cette transition s’explique à merveille dans ses propres mots.

« Mon style cadre très mal avec la radio, j’aime pas ça tant que ça être encadré. J’aime mieux avoir ma liberté ; je t’en parle pis j’ai une chaleur dans le chest [rire]. J’aime la proximité du public : t’as un rire directement des spectateurs, pas juste des tes collègues qui forcent un peu. »

– Alex Hamel

Pour ça, il a eu de l’aide. Et ça a commencé par Jeff Ménard, un enseignant de son programme, qu’il l’a en quelque sorte poussé vers l’humour en lui imposant de choisir entre ça et la radio. Ces conseils ont été suffisants pour enclencher le déclic chez lui.

En mai 2019, il y a presque un an maintenant, Alex sortait du cégep avec la vive conviction qu’il travaillerait en humour. Il a, peu de temps après, lancé sa propre soirée à Québec après avoir été approché par le Bar Quartier-Général et voit encore à ce jour cette opportunité comme un bon moyen de tester du nouveau matériel.

Même s’il prend avec plaisir les conseils des humoristes qu’il côtoie régulièrement et qui l’ont aidé à cheminer, comme Martin Perizzolo, Sam Breton ou Korine Côté, passer par l’animation est selon lui le meilleur moyen de progresser. « Fais ton show, écoute le public, c’est encore plus payant que quelqu’un qui te coach », explique-t-il.

Celui qui décrit son style d’humour comme « corrosif et alternatif » mise beaucoup sur les anecdotes d’observation et sur des chutes parfois très crues. Se faisant un plaisir de se roaster lui-même sur scène ou de passer un commentaire ou deux au dépend de l’animateur ou du bar de la soirée, c’est comme ça qu’il charme son public, même si parfois ça peut en froisser quelques-uns.

Indiquant qu’il n’avait pas encore nécessairement de notoriété marquée dans le domaine, chose qui est tout à fait normale à 21 ans, Alex mise également sur les premières parties, dont celle de Michel Barrette qu’il a eu la chance de mettre en pratique devant 3 000 personnes, sur une scène extérieure au Festival d’Humour d’Alma.

Le seul problème avec ce genre d’installation, c’est qu’on perd les rires en raison de l’absence de plafond pour les retenir. C’est pourquoi le jeune humoriste, même s’il présentait un bon numéro, avait l’impression de se planter comme jamais, lui qui dit être encouragé par les réactions de son public. On ne peut pas lui en vouloir d’avoir voulu quitter la scène le plus tôt possible.

Ça, c’est un exemple de mauvaise expérience, mais généralement, ça se passe très bien. Des premières parties, c’est un moyen de rentrer dans le domaine, « c’est une carte de visite ».

Bien que le milieu de l’humour puisse parfois mener à des apparitions dans d’autres domaines, au petit écran par exemple, Alex soutient que c’est vraiment la scène qui l’attire. Pour lui, ce n’est pas un objectif, du moins pour le moment, d’apparaître à la télévision.

En fait, ce à quoi il s’attarde principalement, c’est la composition de numéros pour atteindre la fameuse marque des 60 minutes. Très difficile avec soi-même, il écrit énormément mais en retient peu. Pour l’instant, il en a environ 45 au total, mais seulement 10 à 15 qu’il se dit « confiant d’aller défendre sur n’importe quelle scène ».

Reste du travail à faire, mais avec de la persévérance, Alex Hamel arrivera sans doute à remplir sa fameuse « première heure ».

Crédit photo : Philippe Le Bourdais

William Thériault

Passionné d’écriture, il adore produire des textes journalistiques et rencontrer des artistes du milieu. En plus de superviser la production du contenu du site, il couvre avec précision l’actualité culturelle québécoise, tout en s’assurant de fournir le contenu le plus authentique possible aux lecteurs.

Précédent

Les Parent de retour sur l’extra de TOU.TV

L’acteur Pierre Ébert rend l’âme à 81 ans

Suivant