Itziar Ituño : « La Casa de Papel, ça change une vie, c’est irréel ! »

Itziar Ituño
© glamourparis.com

Itziar Ituño : « La Casa de Papel, ça change une vie, c’est irréel ! »

Une collaboration entre Jean-Philippe Doucet et Gabriel Leblanc

L’effervescence de la série Netflix La Casa de Papel ne fait aucun doute, attirant des millions de fans un peu partout à travers le globe. Après quatre saisons sous la thématique de braquage, les choses vont plutôt bien pour les producteurs, mais également pour les acteurs de la série. Projection Culturel a eu le privilège de s’entretenir avec l’actrice Itziar Ituño, pour parler de la série non-anglophone la plus visionnée de l’histoire de Netflix, ainsi que de sa carrière de chanteuse au sein du groupe INGOT.

Si le nom de Itziar Ituño ne vous semble guère familier au premier coup d’œil, c’est probablement parce que vous connaissez mieux l’actrice espagnole sous l’identité de son rôle d’inspectrice Raquel Murillo ou encore « Lisbonne » dans la série télévisée La Casa de Papel.

Ce n’est pas un secret pour personne d’affirmer que son rôle dans la série a propulsé de brillante façon sa carrière d’actrice, elle qui n’avait jamais eu la chance d’obtenir un rôle de l’ampleur de celui de Raquel Murillo. Ce succès planétaire a créé un réel « boom » médiatique autour de l’actrice, si bien que du jour au lendemain, elle se retrouve à voguer dans le navire de la célébrité. Malgré tout, elle veut continuer de rester les deux pieds sur Terre.

Un franc succès à l’échelle internationale

Qui de mieux placé pour nous parler de la série que l’actrice Itziar Ituño, qui représente une figure populaire de la série avec son rôle d’inspectrice Murillo. De son propre aveu, l’idée de base de la grande équipe de La Casa de Papel était uniquement de produire une version espagnole du produit final.

« Littéralement personne au sein de la grande équipe de La Casa de Papel ne s’attendait à un tel succès. La première et la deuxième saison étaient prévues sur la chaîne espagnole Entana 3, mais sans plus », avoue Itziar Ituño avec toute franchise.

L’équipe espagnole s’est ensuite vue offrir le soutien financier de l’entreprise multinationale Netflix, qui distribue des œuvres cinématographiques un peu partout à travers le monde, afin de prolonger la série télévisée. Le créateur de la série, Álex Pina, et toute son équipe de production ont dû se virer sur un dix sous pour proposer aux fans une suite à la hauteur des deux premières saisons.

« Tout d’un coup, du jour au lendemain, la série est devenue un phénomène international et Netflix a proposé de faire deux parties supplémentaires », se remémore l’Espagnole, heureuse du dénouement final.

Au moment d’écrire ces lignes, la série La Casa de Papel figure actuellement au sommet de la liste en ce qui attrait au nombre de visionnements d’une série non-anglophone sur la plateforme de Netflix, un record qui ne sera pas franchi de sitôt.

 « C’était totalement inattendu, mais c’était un énorme cadeau pour nous. Nous étions extrêmement heureux et reconnaissants et nous le sommes encore aujourd’hui. »

Un personnage à la recherche d’une seule identité

Au fur et à mesure de l’histoire entourant les braquages que met en scène le réalisateur de la série, Itziar Ituño (Raquel Murillo) est plongée dans l’action comme inspectrice, elle qui est mandatée pour enrayer le plan machiavélique du « professeur ». Malgré ce climat de conflit entre les deux opposants, l’inspectrice Murillo ressort de cette guerre idéologique sous le charme de son adversaire, en tombant amoureux de ce dit, professeur (Álvaro Morte), pour ensuite rejoindre le côté des « vilains ».

 « J’aime beaucoup la femme que Raquel représente. Elle a un côté dur en étant la policière qui porte constamment une arme et qui défend sa place dans un monde d’hommes. D’un autre côté, sa vie personnelle est bouleversée avec les problèmes qu’elle a avec son ex-mari, sa jeune fille et sa mère atteinte d’Alzheimer. Ça crée un beau paradoxe. » -Itziar Ituño

L’actrice originaire de Basauri en Espagne ne retire que du positif de son rôle d’inspectrice, malgré que ce dernier sera vite remplacé par celui de complice du mal, lorsque cette dernière sera complice du professeur, pour qui elle tombe amoureuse sans réellement s’en rendre compte.

« C’est très intéressant de voir une femme qui se rend compte que son monde, le monde qu’elle a défendu, n’est pas ce qu’elle prétendait vraiment défendre. Elle se rend compte que les « vrais gentils », c’est la troupe du professeur! » 

Itziar Ituño

Tiraillée entre les deux positions, l’actrice avoue que si une suite a lieu après la conclusion de la quatrième série, elle espère tout de même que son personnage sera définitivement un membre à part entière de la troupe des « méchants ».

« S’il y a d’autres saisons, j’espère que Raquel pourra démontrer ses habiletés et aider la bande du professeur en démontrant à quel point elle peut être intelligente », termine l’actrice espagnole qui refuse de s’avancer sur la présence d’une possible saison 5.

Instagram @itziarituno

L’envers du décor, tout aussi brillant 

À travers les nombreuses heures de visionnement de cette série télévisée, l’actrice espagnole a tenu à partager avec nous quelques anecdotes méconnues du grand public. Itziar Ituño a commencé le tout en se remémorant une scène où elle a légèrement perdu le contrôle de ses émotions et a paniqué!

« Dans la première saison, Raquel se rend à la ferraille alors qu’elle suit la trace du professeur. La voiture que je devais conduire dans cette scène était une voiture automatique, mais je n’avais jamais conduis ça de ma vie car en Europe, il n’y a que des voitures manuelles, mais les voitures de Police avaient été prêtées par la Suède.»

« Bref, lorsque je suis sorti de la voiture, je n’avais pas actionné le frein à main! Je me retourne et je vois plusieurs membres de l’équipe courir derrière la voiture qui roulait toute seule! Je n’arrêtais pas de penser : « Mon Dieu, je vais casser la voiture! » Je vais me souvenir longtemps de la réaction de Fernando Soto (Angel Rubio), ce dernier ne pouvait pas arrêter de rire », se remémore l’actrice avec un sourire en coin.

Une autre scène qui a particulièrement marqué l’actrice arrive à la toute fin de la saison 4 (attention avis de spoiler), alors que Itziar Ituño doit descendre de l’hélicoptère pour rejoindre sa deuxième famille, la troupe du professeur: « L’une des dernières scènes de la saison 4, le moment où je descends de l’hélicoptère, c’était tellement plaisant à tourner! J’ai vraiment apprécié l’expérience incroyable de cette scène! »

Évidemment, qui dit lieu de tournage, dit aussi beaucoup de temps passé avec des collègues de travail que l’on apprend à connaître plus les tournages avancent. Pour sa part, Itziar Ituño affirme s’avoir très bien intégré au groupe d’acteurs et soutient que certains de ses collègues ont le don de la faire rire plus souvent qu’à leur tour.

« C’est certain que les personnes dont je suis le plus proche, c’est la police, car j’ai passé les deux première saisons avec eux! Nous avons tellement eu de plaisir avec Juan Fernandez (Prieto) et Mario De la Rosa (Suarez)! Sinon il y a également Úrsula Corberó (Tokyo) et Rodrigo de la Serna (Palerme) qui sont deux personnes avec qui tu ne t’ennuies pas sur un plateau! »

« Ce sont tous des professionnels, nous pouvons rigoler à un moment et l’instant d’après tout le monde était très sérieux », termine l’actrice en saluant au passage le travail de la grande équipe de la série.

Keilam Photographie

Des amitiés à n’en plus finir pour Itziar

Pour poursuivre dans le même ordre d’idée, si la relation entre certains personnages sur les plateaux de tournage sont forts, qu’en est-il de leur lien à l’interne en dehors des prises de caméra?

Au fil de la série, la relation amour-haine entre Raquel Murillo (Itziar Ituño) et le professeur (Álvaro Morte) suscite beaucoup l’intérêt des téléspectateurs et l’actrice espagnole assure que cette complicité naturelle est d’autant vraie loin des caméras.

« J’ai créé un lien d’amitié très solide avec Álvaro Morte qui joue le professeur. C’est vraiment un bon gars qui a les sentiments à la bonne place! »

Évidemment, ce dernier n’est pas l’unique individu qu’Itziar Ituño affectionne sur le plateau, mentionnant que tous les membres de l’équipe, en partant de l’équipe de direction jusqu’aux acteurs, sont des perles rares sur le plan individuel.

« J’ai appris à découvrir des personnes incroyables durant les tournages de la série! Par exemple, Darko Peric (Helsinki) est un grand homme avec un gros ours tatoué sur le ventre, mais au fond il est un homme tellement attachant et près de ses sentiments! Également, il y a Esther Acebo (Monica/Stockholm) Luka Peros (Marseille) que j’adore énormément!»

On a tenté de faire parler l’actrice espagnole sur l’identité de son personnage préféré au sein de la série, mais l’invitée a humblement jeté des fleurs à tous les acteurs de la série, qui jouent très bien leur rôle et qui ont tous et chacun leur part de responsabilité dans le succès de la série.

 « Je ne pourrais pas vous donner une réponse. Chaque personnage est unique et représente une pièce différente du puzzle de ce qu’est La Casa de Papel! C’est vraiment le mix de tous les personnes qui fait de la série un succès »

Itziar Ituño

Nous ne pouvions recevoir l’actrice espagnole sans la questionner sur l’une des scènes les plus tragiques de la série, celle où le personnage de Nairobi (Alba Flores) est enfermée dans un cercueil, après qu’elle ait été tuée lors du braquage de la banque dans plus récente saison.

« Il y a beaucoup d’émotion dans l’air durant ces moments-là! À la fin de la scène, tout le monde applaudit l’acteur et ce dernier fait toujours un petit speech très émotionnel », affirme l’actrice.

Vincent Braem, Light’on Agency

La musique, une passion qui l’habite depuis des lunes!

Itziar Ituño n’est pas uniquement douée devant les caméras. Elle trouve le temps de jumeler de belle façon sa passion d’actrice à celle de la musique, une passion qui l’habite depuis l’âge de 17 ans, où elle a été mise en contact pour la première fois avec la musique.

« J’ai toujours beaucoup aimé la musique! Je crois que la musique fait partie intégrante de la vie de tout le monde, que ce soit les créateurs de musique ou en tant qu’auditeur », souligne celle qui a joué dans pas moins de trois groupes au cours de sa carrière en chanson.

Si nous pouvons actuellement entendre les prouesses d’Itziar Ituño avec son groupe rock INGOT, c’est grâce à un art autre type d’art, la danse, qui a permis selon elle de développer son côté musical.

« J’ai commencé à m’intéresser à la musique en même temps qu’à la danse! La danse, c’était ma façon de faire de l’exercice, car je ne suis pas le genre de fille qui aime aller courir! C’est vraiment avec la danse que j’ai développé le côté musical. »

Itziar Ituño

Le fait d’avoir une passion pour un art est une chose, mais d’en faire ressortir en réel talent en est une autre. La chanteuse a avoué à ce sujet qu’elle a passé cette étape de doute, jusqu’à ce qu’elle se voit offrir la chance de chanter pour le group rock INGOT de l’un de ses amis.

« Quand j’ai décidé de plus m’intéresser à la musique, je me disais qu’il était trop tard pour commencer à jouer d’un instrument comme la guitare. Par la suite, un ami à moi m’a demandé si je voulais chanter dans son groupe rock INGOT! Je lui ai dit que je n’avais jamais fait ça, mais il a répondu que je ne perdrais rien à essayer! Au final, j’ai bien fait d’accepter son offre, c’était derrière un micro ma place! »

Prenez note qu’il est possible d’inviter le groupe rock INGOT dans des soirées privées en contactant le www.lightonagency.com. Assurément une belle façon de pimenter votre soirée!

Crédit photo: glamourparis.com

Gabriel Leblanc

Oeuvrant dans le domaine sportif depuis plusieurs années, Gabriel désire maintenant relever un défi différent en joignant sa passion pour la communication à celle du domaine culturel.

Précédent

Marc Labrèche poursuit son aventure à Un phare dans la nuit

Du divertissement de qualité sur les réseaux sociaux

Suivant